Laurence Vanhée, DRH de l’année 2012 en Belgique, explique comment elle a remotivé la Sécurité Sociale belge

Laurence Vanhée, DRH de l’année 2012 en Belgique, explique dans cette vidéo de 10 minutes 31 son action auprès du Ministère Belge de la Sécurité Sociale. Elle répond aux questions telles que

  • quelle était la situation à son arrivée ?
  • quelle stratégie très marquée a été décidée pour remédier aux problèmes de la structure ?
  • comment la stratégie a été appliquée concrètement ? Quelles actions ont été mises en place ?
  • quels ont été les résultats obtenus ?

Enjoy ! :)

MySexyWorkspace: Laurence Vanhée at TEDxAlsace

Initialement lancée sur une orientation marketing et commerciale, Laurence Vanhée tombe dans les Ressources Humaines un peu par hasard. Heureux pour elle, heureux pour les équipes dont elle a la charge. D’abord DRH dans le privé, elle érige la fonction RH au rang d’enjeu stratégique, focalisant son travail sur le décloisonnement et le bien être au travail. Ceci lui vaut en 2012 le titre de « HR manager de l’année ».

Depuis 3 ans, c’est au sein de l’administration fédérale de la sécurité sociale Belge qu’elle oeuvre, avec pour titre officiel : « Chief Happiness Officer ». Tout un programme ! A la manière d’une pionnière, elle initie une organisation 2.0 à l’avant-garde des NTIC, co-crée un club des fonctionnaires de moins de 35 ans, lance ‘Talent Avenue’, une plateforme 2.0 de missions temporaires pour les talents de l’ensemble du secteur public belge et co-fonde le 20 mars 2013 la Communauté des Happy Organisations à l’occasion de la première Journée Internationale du Bonheur initiée par l’ONU.

Avec son charmant petit filet d’accent liégeois et ses points de vue innovants, Laurence Vanhée nous fait du bien et nous inspire, tout simplement.

Texte de TEDx Talks publié sur YouTube

Instaurer la confiance envers les collaborateurs : un principe de l’entreprise libérée

Responsabiliser ses salariés pour améliorer la performance de l’entreprise, telle est la base du management mis en place chez Favi.
Constatant qu’il n’y a pas de performance sans bonheur, et pas de bonheur sans responsabilité, Jean-François Zobrist a décidé de laisser ses ouvriers s’autogérer et de supprimer les échelons hiérarchiques : les ouvriers travaillent pour leurs clients et non pour leurs supérieurs.

(Texte d’Alternego, qui a publié cette video sur YouTube)

 

 

Emission géniale : « le bonheur au travail » ce mardi à 20 h 40 sur Arte

Je vous recommande chaleureusement l’émission « le bonheur au travail », diffusée ce mardi 24 février 2015 à 20 h 40 sur Arte.

Voici le teaser, de 2 minutes 58. Au menu : entreprise libérée, responsabilisation des salariés, etc. Avec de nombreux exemples d’entreprises qui pratiquent. De quoi se réjouir de voir que ces idées sont appliquées … et fonctionnent ! Kiffant !

Je vous encourage à laisser un commentaire en bas de cet article.

https://vimeo.com/76046910

Pourquoi n’y a -t-il pas plus d’entreprises libérées ?

Nous avons vu dans un précédent article qu’une entreprise libérée donnait une large autonomie et responsabilité à ses employés.

La video montrait deux entreprises qui pratiquent ce management, mixant satisfaction des salariés, ET (cerise sur le gâteau) performance économique.

Mais alors, pourquoi n’y a-t-il pas plus d’entreprises qui s’y mettent, puisque ça marche ??

La réponse en video d’Isaac Getz, professeur à l’ESCP-Europe, expert Apm et auteur avec Brian Mc Carney de « Liberté & Cie, quand la liberté des salariés fait le bonheur des entreprises » (49 secondes, votre meilleur investissement de la journée) :

L’entreprise libérée : un management qui laisse une grande autonomie aux salariés

Reportage préliminaire au documentaire de 52 minutes sur le thème de l’entreprise libérée. Ce film donne la parole à Isaac GETZ, Professeur à l’ESCP qui publie chez Fayard l’ouvrage « Liberté & Cie », ainsi qu’à deux dirigeants qui ont adopté un mode de management qui laisse une large liberté aux salariés, M. Jean François ZOBRIST pour la société FAVI et M. Michel MUNZENHUTER pour la société SEW USOCOME.

Vous ne trouvez pas que cela redonne confiance en l’Homme et en l’entreprise ?

Que vous inspire cette video ? Laissez un commentaire en bas de cet article !

Des raisons d’être heureux au travail : 3 exemples concrets

3607008452_9f8111427fLes raisons sont nombreuses de considérer notre travail comme pénible et difficile : la crise, la pression des résultats, le rythme galopant, les relations humaines délicates, etc

Pourtant, il est de notre choix de considérer le verre à moitié vide, ou à moitié plein.

Aujourd’hui, j’ai envie de lister les propos positifs que j’ai entendu ces derniers temps à propos du travail : dans la bouche de mes collègues, confrères, clients, participants de mes formations, amis.

« Mon entreprise veut zéro turn-over. Du coup, elle laisse beaucoup d’autonomie et de responsabilité à son encadrement. Du moment que mon travail est réalisé, j’ai toute liberté pour m’organiser comme je le souhaite. Mon entreprise souhaite que ses collaborateurs soient épanouis, et les encourage en ce sens ». Un ami qui bosse dans une société de service informatique

« Chaque année, une aide familiale avec laquelle nous travaillons me souhaite mon anniversaire. C’est très agréable qu’elle s’en souvienne ».Une salariée d’une entreprise d’aide à domicile

« J’ai fait la connaissance il y a quelques mois, sur un salon professionnel, d’une entreprise qui travaille dans un secteur complémentaire au mien. J’ai été immédiatement présenté au directeur. Nous avons rapidement identifié les opportunités de travailler ensemble. Depuis, il m’associe à ses projets et l’un d’eux est sur le point de se concrétiser. Confiance mutuelle, démarche gagnant-gagnant, simplicité de la relation : voilà ce qui nous permet d’avancer avec efficacité. » Une amie qui est consultante free-lance dans le conseil en marketing et décoration

Et vous ?

Quels sont vos petits et grands bonheurs professionnels actuels ?

Laissez un commentaire pour nous en faire part !