DISC : le secret bien gardé de la 5ème couleur

Disc - le secret bien gardé de la 5ème couleurLe marron, c’est quoi ? 📕📒📗📘
C’est un peu de jaune, de rouge, de bleu et de vert mis ensemble.
Le marron est pluriel et singulier à la fois.
Le marron, c’est la fusion, l’éclosion.
Le marron est artistique, cogité et co-créé.
Mais voilà.
Le marron dérange.
Le marron fait tâche.
Le marron agace.Pour s’en débarrasser, certains ont dit qu’il ne sentait pas bon, alors que les couleurs n’ont pas d’odeur.
D’autres ont avancé qu’il cassait l’harmonie des 4 couleurs, qu’on ne savait pas où le mettre.Alors on a essayé de régler le problème.
▶︎Les Anglais ont proposé un référendum pour voir si le marron devait rester dans le DISC ou pas.
▶︎Les Français de créer un think tank.
▶︎Karl Lagerfeld a été consulté. Il aurait lâché « c’est moche » et plus personne n’en a parlé.

Et vous, votre avis sur le marron ? Que feriez-vous ?

PS : Vous souhaitez en savoir plus sur les personnalités en 4 couleurs (ou 5) ?
▶︎Vous voulez proposer à des personnes de votre entreprise, ou vous-même, de connaitre leur profil de personnalité, et d’apprendre à mieux « fonctionner » avec les autres (collègues, collaborateurs, clients …) ?

▶︎Tout cela sous forme de formation, d’atelier, de séminaire ou d’entretien individuel ?
▶︎ Prenez contact avec moi et parlons-en !
Agnès
06 24 50 59 46

8 étapes du changement en entreprise selon John Kotter, professeur à Harvard

Atelier Co Design CCI Lille février 2018 J’ai participé la semaine dernière à un atelier de Design Thinking appliqué au changement dans la vente. Il était animé par le Professeur Régis LEMMENS, Professeur d’Université à Anvers, ainsi qu’aux Pays-Bas et en Angleterre. Il accompagne également des entreprises pour les aider à développer leurs ventes.

Cela a été l’occasion d’enrichir ma culture, avec 3 concepts formalisés et bien structurés, liés au changement. Je voulais en partager un avec vous dans cet article.

Il émane de John KOTTER, professeur à la Harvard Business School, spécialiste des thèmes du changement et du leardership.

Ce qui suit est une synthèse de ce que j’ai appris à l’atelier, et des informations que j’ai trouvées sur Wikipédia sur John Kotter.

Kotter est l’auteur du best-seller international « Leading Change », qui décrit les 8 étapes à mettre en place pour transformer une entreprise.

Voici le processus de changement qu’il a identifié, avec les fameuses 8 étapes :Régis Lemmens à CCI Lille

1 Créer un sentiment d’urgence. Par exemple en posant la question « qu’est-ce qui va se passer si vous ne faites rien ». Kodak aurait pu se la poser, je pense. Les taxis, voyant Uber venir, aussi.

2 Créer une équipe de pilotage. C’est important qu’il y ait des points de vue différents, des contre-pouvoirs. Si le projet implique 2 entreprises, c’est intéressant de mettre 1 personne de chaque entreprise dans le comité de pilotage.

3 Développer une vision et une stratégie. Où veut-on aller ? Et comment voulons-nous y aller ?

4 Communiquer la vision du changement. Communiquer pour faire adhérer à l’idée. L’objectif est que les parties prenantes s’approprient l’idée.

5 Responsabiliser les employés. C’est le moment de rassembler les compétences, d’attribuer des rôles : qui fait quoi ?

6 Générer des victoires rapides. Ca rassure, motive et encourage à poursuivre.

7 Consolider les gains et produire plus de changements. On développe à plus grande échelle le processus initié.

8 Ancrer les nouvelles mesures dans la culture d’entreprise. Le changement est maintenant intégré On ne revient pas au point de départ. Il va maintenant faire partie de la culture de l’entreprise.

Ces huit étapes s’accompagnent d’outils stratégiques servant à :

  • repérer les différentes personnalités au sein de l’entreprise
  • communiquer efficacement des messages en travaillant le côté émotionnel
  • travailler les aspects comportementaux qui aboutiront à une modification d’attitude du personnel.

Ce que j’aime dans cette approche, c’est qu’elle est sur 2 plans :

Le faire : que fait-on ? Comment ? Qui fait quoi ? Quel est le planning. Bref, les aspects d’organisation concrète.

L’être : les aspects émotionnels et relationnels. Qui sont plus subtils et moins visibles que les aspects techniques, mais tout aussi importants. L’adhésion des parties prenantes d’un projet est un ingrédient majeur de réussite.

Je ne connaissais par cette approche du changement, et elle va m’être utile pour les prochains accompagnements d’entreprises que je ferai. Merci Professeur Régis LEMMENS !

Remarque sur la photo du début de l’article : Non, je  n’avais pas pris de drogue. J’étais juste malade ce jour-là, donc pas dans une forme olympique 😉

Comment l’entreprise opale peut transformer positivement votre travail ?

Entreprise opaleCet article sur l’entreprise opale est un article invité, rédigé par Julien Godefroy du Blog Réussir Son Management.

Lorsque nous parlons des nouveaux types de management, nous nous tournons souvent vers le concept d’entreprise libérée d’Isaac Getz. Mais un autre auteur, Frédéric Laloux, évoque aussi ces entreprises dans son livre « Reinventing Organizations ». Selon moi, ce livre est une référence.

Quelles sont les caractéristiques de l’entreprise opale ?

Isaac Getz, à juste titre, explique que chaque entreprise doit trouver sa propre voie pour se libérer. Ainsi, il cite beaucoup d’exemples pour nous inspirer et nous aider à trouver notre propre chemin.

Frédéric Laloux, lui, a plutôt cherché à élaborer une théorie. Ainsi, en partant de différents exemples, il a conceptualisé ce qui caractérise les entreprises libérées, ou plutôt opales.

Pourquoi opale ?

Frédéric Laloux s’est basé sur les classifications de Ken Wilber et de sa vision intégrale. Il existe plusieurs stades de développement : infrarouge, magenta, rouge, ambre, orange, vert et désormais opale. Cela correspond à des stades de développement. L’opale étant le dernier stade actuel. L’entreprise opale correspond donc au dernier stade de développement des entreprises.

L’avantage de la démarche de Frédéric Laloux est de pouvoir se rattacher sur une théorie concrète pour nous permettre de libérer notre entreprise. Voici les 3 grandes avancées de l’entreprise opale.

1 — L’autogouvernance

AutogouvernanceLe fonctionnement des entreprises opales se veut au plus proche des clients. Des unités organisationnelles à taille humaine se mettent en place, comme dans l’entreprise Buurtzorg, où elles n’excèdent pas 12 personnes.

Ces unités sont formées et informées pour pouvoir prendre toutes les décisions nécessaires au développement du business. Elles sont accompagnées par un coach et non plus par un chef. Celui-ci est là pour guider les équipes en cas de problème ou de blocage.

Désormais, les feedbacks sont donnés directement par les collègues. En effet, ils se connaissent très bien, car ils passent beaucoup de temps ensemble. Le manager, quant à lui, peut avoir des difficultés à évaluer ses équipes, car il passe avec elles moins de temps qu’un collègue.

La rémunération est transparente. Il faudra travailler dur et être à l’écoute des problématiques de chacun afin d’y répondre pour convaincre nos collègues de nous donner une augmentation.

Les conflits se gèrent directement entre les personnes concernées pour gagner en fluidité et résoudre en profondeur les divergences. Chacun est formé à la Communication Non Violente et peut donc s’exprimer en bonne et due forme.

Les équipes sont libres de recruter un nouveau collaborateur si elles pensent que cela est justifié. Elles deviennent responsables de la valeur ajoutée de ce recrutement et du succès de l’intégration et de la formation.

Enfin, toutes ces unités sont connectées entre elles à travers un intranet puissant où chacun peut poser des questions et exprimer son avis. Ainsi, les équipes peuvent y trouver des solutions, des astuces, mais aussi participer au débat d’où découleront des décisions stratégiques pour l’entreprise.

Ainsi, les entreprises opales se caractérisent par de l’autogouvernance et donc une forte autonomie et une responsabilisation importante.

2 — L’affirmation de soi/la plénitude

affirmation de soiLes entreprises opales ont compris qu’une personne ne se résumait pas à son aspect « professionnel ». Nous sommes bien plus que cela. L’idée est donc d’aller chercher tout le potentiel de chaque personne pour qu’il soit mis à la disposition du projet de l’entreprise.

Ainsi, pour que chacun puisse trouver la plénitude, s’affirmer et être soi-même, de nouvelles actions sont mises en œuvre.

Pour commencer, le cadre de travail devient plus convivial, agréable et serein. Les équipes peuvent participer à son élaboration. En effet, c’est elles qui y travaillent le plus longtemps. Il doit donc leur correspondre. C’est le cas de l’entreprise de nettoyage « SOL » où la directrice générale n’est pas intervenue. Dans cette entreprise, même les tenues de travail ont changé à la suite de la décision des employés. En effet, les agents d’entretien se sentaient invisibles chez le client. Pour attirer l’attention et se sentir exister, ils ont décidé de porter des tenues jaune vif. Le résultat ? Des équipes très motivées et très impliquées.

Les réunions de travail commencent par des rituels où chacun évoque un évènement heureux qui lui est arrivé dernièrement. Celui-ci peut être professionnel ou personnel. L’idée est de pouvoir mettre en place une atmosphère positive et bienveillante, tout en parlant de soi. D’ailleurs, lors de ces réunions, une personne est responsable de la bienveillance et n’hésite pas à sonner une cloche pour stopper les débats stériles.

Les intitulés de poste sont laissés de côté. En effet, nous ne nous résumons pas à notre fiche de poste. Nous sommes bien plus. Les organisations deviennent beaucoup plus transversales. Si nous souhaitons participer à un nouveau projet, nous le pouvons. Cependant, nous devons prendre nos responsabilités et apporter de la valeur ajoutée au groupe.

Enfin, les missions sont élargies. L’entreprise et les individus souhaitent avoir des impacts sociaux, sociétaux et environnementaux. En effet, Maslow nous a appris que la réalisation de soi est très importante. Les entreprises opales cherchent à la satisfaire.

3 — La raison d’être évolutive

raison d'êtreLa mission de l’entreprise, son rôle ou encore sa place dans notre société sont très importants et ne sont pas figés. C’est ce qu’on appelle la raison d’être évolutive.

Ainsi, cette raison d’être est définie et décidée par tous les employés de l’entreprise. Chacun y participe par groupes de travail et finit par décider du sens de l’entreprise. Ainsi, FAVI qui est une entreprise libérée du nord de la France a décidé que l’entreprise devait « fournir du travail à la région ainsi qu’aimer et être aimée des clients ». Surprenant ? Pourtant les résultats sont exceptionnels. FAVI fabrique, entre autres, des fourchettes pour des boites de vitesse. La qualité étant exceptionnelle et les délais toujours tenus, cette entreprise n’a pas été délocalisée en Asie. Au contraire, elle est restée en Europe et travaille notamment pour un des leaders mondiaux de l’industrie automobile : Volkswagen.

Le projet n’a plus besoin d’être affiché aux murs de l’entreprise, car chacun l’a décidé. Chacun le vit donc au plus profond de soi. Le projet se véhicule de personne en personne. Il n’est pas figé et peut évoluer en fonction des situations, des besoins, des attentes ou des clients.

L’avantage de définir sa propre raison d’être est de ne plus avoir de concurrents, mais uniquement des partenaires. Par exemple, vendre des produits à des tarifs peu élevés nous mettra cruellement en compétition avec beaucoup d’entreprises. À l’inverse, vendre des produits accessibles à tous, en se faisant aimer et en ayant un accueil irréprochable nous différenciera. Nous quitterions donc l’océan rouge pour nous positionner dans l’océan bleu !

Le projet vient d’abord et les profits ensuite. Ainsi, la raison d’être amène aussi à se poser la question : qu’est-ce qui est important ? Un produit de qualité et des clients satisfaits ? Il est certain que se concentrer sur ce qui est vraiment important est synonyme de création de plus-value. Ainsi, passer du temps à créer des budgets prévisionnels, alors qu’il est difficile de prévoir, n’est plus important pour les entreprises opales. Les budgets sont simplifiés à l’extrême ou abandonnés. Les performances restent excellentes, voire supérieures aux moyennes du secteur d’activité.

Les clients et les fournisseurs sont considérés comme des partenaires de la raison d’être. Ainsi, si les clients sont satisfaits et que la collaboration avec les fournisseurs est bonne, l’entreprise se portera bien. Dans le cas de FAVI, cela signifie de nouveaux emplois dans la région et des clients qui nous aiment. Cela permet donc de réaliser la raison d’être.

Ressources complémentaires sur les 3 grandes avancées managériales de l’entreprise opale

ressources complémentairesSi ce modèle d’entreprise vous intéresse, je vous invite à lire le livre de Frédéric Laloux « Reinventing Organizations ». Deux formats existent : le livre classique d’environ 500 pages et une autre version plus illustrée d’environ 160 pages.

Ensuite, si vous souhaitez des exemples d’entreprises, n’hésitez pas à consulter les sites de FAVI (entreprise française), Buurtzorg, Holacracy ou encore Patagonia.

Enfin, n’hésitez pas à télécharger gratuitement mon livre « Comment avoir des équipes plus motivées et plus efficaces » en vous rendant sur mon blog Réussir Son Management.

Merci Julien Godefroy du Blog Réussir Son Management pour cet article clair et bien documenté.
Je vous encourage à aller visiter le blog de Julien qui fourmille d’articles utiles sur le management.

Comment Gaston Lagaffe disrupte le travail

Gaston LagaffeParler des choses sérieuses avec légèreté, et des choses légères avec sérieux : j’aime bien ça !
Et avec Gaston Lagaffe, nous sommes servis !

Gaston Lagaffe : un philosophe au travail

Actuellement, Philosophie Magazine consacre un hors série au personnage de BD créé par Franquin il y a 60 ans. Le magazine défend l’idée que Gaston serait un philosophe au travail. Ca surprend, mais ça se défend.

J’ai été biberonnée à Gaston Lagaffe toute mon enfance, vu que mon père était fan, et que les albums de Franquin étaient aussi faciles que sympa à lire. Du coup, je me régale actuellement à lire cet ouvrage (je distille mon plaisir en m’accordant 4 pages par jour).

En quoi Gaston est-il si moderne ?

Gaston Lagaffe Bureau bordelique

Selon Philosophie Magazine, Gaston présente de nombreux signes de modernité, bon sens, disruptivité, convivialité, créativité, et j’en passe. Bref, un mec qui nous ouvre les chakras et incarne de nombreuses alternatives à nos habitudes et organisations du travail. Voyez plutôt :

Il a un rapport à l’autorité très détaché

Sans jamais être en conflit avec sa hiérarchie. Précurseur des générations Y et Z, le Gaston ? Voire de l’entreprise libérée ?

Il prend soin de lui et se préserve des risques psycho-sociaux Gaston Lagaffe Sieste

Sieste, hamac, convivialité, tenue cool (le fameux col roulé vert et … les espadrilles) : il crée les conditions de son bien-être. Il partage des moments avec ses amis, est amoureux de Mademoiselle Jeanne, bref, il a une vie en dehors du boulot. Ses cadences de travail sont … modérées. J’ai dans l’idée qu’il n’est pas menacé par les risques psychosociaux. Je ne le vois pas faire un burn-out !

Il crée et améliore sans cesse

gaffophone

Environ 250 inventions répertoriées, dont le gaffophone (!) et le mastigaston. Gaston invente puis cherche à améliorer ses inventions. Lean, effectuation, kaizen ?

C’est un précurseur

Par exemple, son monorail pour distribuer le courrier préfigure … les emails.

✅ Bref, Gaston, en remettant sans cesse en question les habitudes de travail, pourrait bien nous montrer comment y être plus heureux et efficace. D’un point de vue personnel, comme d’un point de vue collectif. Alors, Gaston, top consultant ? Super chef de projet ? Créatif de génie ? Dénicheur de tendance chez Nelly Rodi ? Chief Hapiness Officer ?

Quelques ressources pour aller plus loin et vous laisser coacher par Gaston :

gaston-lagaffe-250La géniale émission de France Inter « Grand bien vous fasse » consacrée au hors série de Philosophie Magazine sur Gaston Lagaffe. Plusieurs philosophes et sociologues y font des interventions aussi originales et spirituelles que poilantes. Cliquez ici pour écouter le replay. J’étais dans ma voiture quand je l’ai écoutée, et je m’en suis délectée, même dans les embouteillages.

Découvrir un aperçu de 16 pages du hors série de Philosophie Magazine consacré à Gaston Lagaffe. Celui-ci et disponible chez votre marchand de journaux au prix de 8,99 € (avec couverture cartonnée comme une vraie BD). Ou de 12 € livré chez vous.

Vous offrir l’album des 60 ans de Gaston Lagaffe. Ou un des nombreux autres joyaux de Franquin. En commandant chez Amazon via le lien ci-dessous, vous participez au frais du blog. Merci 🙂

Vous avez aimé cet article ? Vous êtes libre de le liker, commenter et partager.

4 citations pour développer votre pédagogie !

Benjamin Franklin

C’est la rentrée, et j’avais envie de parler enseignement, formation et surtout pédagogie. Voici 4 citations qui vous permettront de comprendre ce qu’est une pédagogie efficace.

 

 

 

Qu’est-ce que j’entends par pédagogie efficace ? C’est une manière de transmettre des savoir ou savoir-faire :

  1. qui soit agréable pour les apprenants comme pour les facilitateurs / pédagogues
  2. qui maximise la mémorisation long terme des apprentissages
  3. qui donne confiance aux apprenant en leurs capacités
  4. qui motive les apprenants à utiliser leurs apprentissages sur leur poste de travail.

Ces citations vous seront utiles si vous êtes formateur, prof, facilitateur, animateur de séminaire / CoDev / coaching. Et plus largement, si vous êtes manager, commerciaux, ou simplement parents.

Savourez, il n’y a que du bon : Maria Montessori, Benjamin Franklin, Léonard de Vinci et Célestin Freinet.

Léonard de Vinci

 

 

 

 

 

 

Maria Montessori

 

 

 

 

 

 

Célestin Freinet

 

 

Et vous, quelles sont vos citations inspirantes ?
Et vos bonnes pratiques pédagogiques ?
Postez un commentaire, et partageons nos idées !

 

 

Les 5 caractéristiques d’une équipe performante 🚀 : résultat d’une étude menée par Google

GoogleGoogle a étudié ce qui faisait une équipe performante 🚀.
Résultat : pas le pedigree de ses membres.
Mais 5 attitudes :
  1. Confiance : faire le travail en temps et en heure et répondre aux besoins
  2. Structure et clarté : objectifs clairs et rôles bien définis dans le groupe.
  3. Sens : le travail a du sens pour chacun
  4. Impact : le travail de l’équipe est déterminant et a un impact positif sur quelque chose de plus grand.
  5. Sécurité psychologique : droit à exprimer ses idées sans être jugé, droit à l’erreur etc.

Et dans votre équipe, dans votre entreprise, sur ces 5 items, vous en êtes où ?
Postez un commentaire et entrez dans la conversation 😃

Ce post est tiré d’un article de Michael Schneider, Human capital specialist, intitulé Google Spent 2 Years Studying 180 Teams. The Most Successful Ones Shared These 5 Traits. Cliquez ici pour lire l’article complet, en anglais.

Source image : Pixabay.

Une vidéo enthousiasmante pour booster votre énergie

Angel City ChoraleJe viens de découvrir cette vidéo de 7 min 22. Un pur moment de joie qui a fait monter mon niveau d’énergie et de positivité de manière surprenante. Merci à Michael Aguilar d’en avoir parlé dans un de ses posts sur LinkedIn. Merci également à Positivr d’avoir relayé l’information sur son (excellent) site.

Ce que j’aime particulièrement dans cette vidéo enthousiasmante, c’est que

  1. Tout le monde semble pleinement heureux : les choristes, la chef de choeur (je l’écrirais bien sans « h »), le public. Que les personnes soient extraverties ou introverties, les émotions positives se lisent sur leur visage. On les sent pleinement engagées dans ce qu’elles font : chanter.
  2. La chef de choeur a un leadership incroyable. Elle inspire et oriente les choristes. Sans rapport de force, sans jeux de pouvoir, sans obligation. Avec implication, générosité, fluidité.
  3. Tout cela semble très bien préparé : la coordination est excellente, tout se goupille bien. Du coup, on sent à la fois de la concentration et du lâcher prise chez les choristes.
  4. Les corps sont pleinement impliqués : ils bougent, s’expriment, ils sont vivants. Et je ne parle pas que de la voix. Les émotions sont palpables. Le « tête-coeur-corps » fonctionne à fond !
  5. On sent une osmose entre la chef de choeur et ses choristes. Et cela passe beaucoup par le non-verbal.

Je vous laisse découvrir tout cela . Enjoy ! Et si vous aimez, partagez cette vidéo !

Comment Alexandre Jardin pratique l’entreprise libérée dans son mouvement Bleu Blanc Zèbre

Alexandre JardinLe salon Créer, qui regroupe à Lille un grand nombre d’acteurs de la création entreprise, a accueilli le 15 septembre Alexandre Jardin, le cofondateur du mouvement Bleu Blanc Zèbre. Et vous savez quoi ? Ca a été filmé (la vidéo est à la fin de cet article).

Plus d’une heure de pur bonheur : Alexandre nous présente le fonctionnement de son mouvement, ses solutions pragmatiques, les résultats (réels) qu’il génère. Et pour couronner le tout, son mouvement est JOYEUX, en plus d’être efficace. Vous comprendrez pourquoi j’ai eu envie de lui consacrer un article.

Voyons ça de plus près.

Dans cet article, découvrez : Lire la suite

Votre entreprise a-t-elle les 3 caractéristiques des entreprises qui réussissent ?

Margaret Heffernan TEDJ’adore ce talk car il nous donne les clés d’une entreprise performante, et ces clés sont profondément humaines et à la portée de chaque entreprise.

En voici les idées principales. Vous pouvez les lire ou passer directement à la vidéo TED de 15 minutes 47, un peu plus bas.

Une stratégie qui ne fonctionne pas

L’étude de la performance d’un groupe de poules (le nombre d’oeufs pondus !) permet de mieux comprendre d’où vient la performance d’un groupe. Il s’en dégage le (réjouissant) constat suivant : Lire la suite

12 trucs d’école pour être plus heureux et plus efficace au travail !

YannickVernetSpécial rentrée !

Vous souvenez-vous de ce que vous aimiez à l’école ? Et aujourd’hui, qu’est-ce qui vous émerveille chez vos enfants à l’école ?

Qu’est-ce qui rend heureux un enfant à l’école ? Et qu’est-ce qui favorise ses apprentissages ? Les copains ? Les récrés ? L’ambiance ? Les jeux ? Les couleurs dans la classe ? La variété des matières ? Les activités sportives, créatives, artistiques, intellectuelles ? Les sorties de classe ? Les nouveautés ? Les projets pédagogiques ? Le rythme de la journée ? Les rituels ? Les expériences qu’il VIT plutôt que celles qu’il lit ?Lire la suite